Accueil / Villes / Rabat

Rabat

    • hotelriadrestaurantbon plan

Rabat est la capitale du Maroc et la deuxième plus grande agglomération du pays après Casablanca. elle est situé sur le littoral atlantique, sur la rive gauche de l'embouchure du Bouregreg, en face de la ville de Salé.

La situation géographique ? En bordure de l’Atlantique et à l’embouchure du fleuve Bouregreg. Le climat ? Agréable toute l’année. L’histoire ? D’une richesse exceptionnelle. L’arrière-pays ? A découvrir absolument… Bienvenue à Rabat-Salé. Ces deux villes tantôt jumelles, tantôt concurrentes, au gré des époques, sont fondées respectivement sur les rives sud et nord du fleuve Bouregreg.

 

Rabat, la capitale administrative, est connue, côté histoire, par son ancienne médina, la kasbah des Oudayas et la nécropole du Chellah. Rabat : Kasbah des oudayaLes trois monuments historiques sont protégés par d’imposants remparts. La vieille ville se caractérise par son tracé rectiligne. Vous pouvez y pénétrer par plusieurs portes.

La plus connue est la porte Bab El Had. Ce choix est fait, sachez que vous êtes dans la rue Souika : la plus grande de la médina. Elle mène à différentes destinations.

 

Outre la Grande Mosquée, elle aboutit au souk Es Sebat, marché aux chaussures. Mais il n’y a pas que les chaussures qui y sont exposées. Couvert de nattes de roseau, vous y trouvez babouches, articles de maroquinerie et d'artisanat. Des bijoux en or et en argent aussi.

Une autre rue à ne pas manquer, celle dites de Consuls. Elle abritait, auparavant, les résidences des représentants des nations étrangères. Actuellement, elle est investie par les artisans, qui s’ingénient à faire valoir leur savoir-faire sous vos yeux.

Une autre rue, et pas des moindres, la rue Tarik El Marsa. Longeant la muraille des Andalous, elle propose elle aussi un panorama complet des savoir-faire exercés depuis des siècles. N’a-t-on pas dit que chaque rue de l’ancienne médina de Rabat a une histoire à raconter ?

 

 

Vielles pierres

Changement de décor. Laissant la médina pour aller à la découverte d’un autre monument, en l’occurrence la Kasbah des Oudayas. Elle est à deux pas de la Médina, du côté nord.

Fortifiée, cette Kasbah conserve ses vieux canons placés sur un bastion. Les façades de ses maisons sont blanches et bleues. Elles donnent ainsi à la ville son cachet méditerranéen, même s’elle est sur l’atlantique. Entièrement sculptée, la porte de la Kasbah est belle et massive. Elle ouvre sur la rue Jamaâ qui est pavées, à l’instar de toutes les rues des oudayas.

A gauche, se profile la plus ancienne mosquée de la ville : El Atiqa, bâtie en 1150. Vous avez fait le tour de toute la Kasbah, y compris ses galeries d'art, l’idéal est d’achever votre promenade au café Maure. Il vous offre une vue à couper le souffle sur l’oued et Salé.


Un autre édifice mérite le détour, la nécropole du Chellah. Rabat Vielles pierresC’est la dernière demeure des souverains mérinides.

Protégée par d'imposantes murailles, vous y admirerez les ruines d'un arc de triomphe, du forum, des thermes et de plusieurs boutiques. Sans oublier les cigognes qui y bâtissent leur nid.

La nécropole du Chellah est à environ 300 m du fleuve Bouregreg et notamment de son fameux pont Moulay El Hassan. Si vous empruntez ce dernier, Salé, l’ancienne cité des corsaires, vous accueillera à bras ouvert.

Elle aussi est une ville chargée d’histoire. Son ancienne médina a été fondée au début du XIIe siècle avant Rabat. Elle est jalonnée de fontaines, de riads et de mosquées.

 
Ville balnéaire

Par ailleurs, la région dispose d’un littoral de près de 60 kilomètres de côtes où se succèdent criques rocheuses et plages de sable fin. Outre les plages de Rabat et de Salé, celles de Témara (Sables d’Or, Petit Val d'or, Contrebandiers, Harhoura, etc.) et Skhirat (entre autres Marie-Rose plage), sont très prisées.

Un peu loin de Salé, à proximité de Bouknadel, se trouve la Plage des Nations. Elle est particulièrement appréciée des surfeurs pour ses rouleaux.

L’arrière-pays de Rabat-Salé offre une diversité écologique idéale pour les randonnées. Plus de quatre lacs sont à votre disposition.

Situé à une vingtaine de kilomètres de Rabat-Salé, le lac du barrage de Sidi Mohammed Ben Abdellah a été créé grâce à une retenue sur les eaux du Bouregreg. Idéal pour se baigner, il est surtout réputé pour la pratique de la planche à voile.

Si vous préférez l’observation ornithologique, le mieux est d’aller visiter les lacs de Dayet Roumi et d’Alkanzra. Ils sont tout les deux près de la ville de Khemisset, située à quelque 70 km de Rabat.

Pour la pêche ou les promenades en barque, nous vous recommandons le lac naturel de Rouidate, situé à 12km de Sidi Yahya Zaër au sud de Rabat.

 

Rabat, une cité-jardin

Outre les lacs, l’arrière pays de rabat est riche en jardin et forêts. À 12 km au nord de Rabat, sont installés les jardins de Sidi Bouknadel. Vous y trouvez des plantes exotiques du monde entier plantées sur 4 hectares.

Sans oublier les jardins situés au sein des deux villes. La balade bucolique peut se poursuivre dans la forêt de la Maamora, poumon vert de la région. S’étendant sur 134.000 hectares, cette forêt est composée essentiellement des eucalyptus, chênes-lièges et autres pins d’Alep. Les chênes-lièges composent également La Forêt Mkhinza dans la commune rurale de Sidi Yahya Zaër.

Et ce n’est pas tout. La région comprend une forêt considérée comme un site d’intérêt biologique et écologique (SIBE).

C’est la forêt Al Harcha. Située sur le plateau d’Oulmès, elle s’étend sur 3700 hectares. On y trouve des chênes liège, typiques de la région, mais aussi des thuyas, des chênes verts ou encore des arganiers.

Bref, ce n’est pas par hasard que le ratio des espaces verts par habitant est de 20 m² à Rabat. Une moyenne qui fait le double du ratio préconisé par l’organisation mondiale de la santé.

A Rabat

  • Riad Dar El Kébira

    à la médina de Rabat
    Dar El Kébira est un bijou de l’architecture arabo-andalouse complètement restauré et aménagé.
    à partir de
    119

 

 

Rechercher un établissement